l'avion rose

Nouvelles érotiques au féminin, poésies saphiques, littérature lesbienne

Toxic

Elle entre. Lumière faible, centrée autour de ses cernes, nez aquilin, cheveux décoiffés, relevés, tentative de maîtrise avortée, chemisier entrouvert, poitrine dénudée, souple, profonde… une bougie… puis une autre… et encore une autre… un de La Tour se profile, là, juste en face de moi, de l’autre côté de la rue, derrière une fenêtre laissée ouverte… oubliée ? Immeuble qui me fait face, juste séparé par l’étroitesse d’un trottoir, chaussée, trottoir… silence. Plus de passage. Pas de passant. Moment pour moi. Instant pour elle. Qui ne fermera pas sa fenêtre. Son rideau est pourpre. Je le sais. Il est toujours tiré, fenêtre alors occultée, silhouette esquissée, parfois, illusions, ombres chinoises. Soupçons, peut-être désirs, tentations. Lorsque j’étais aveugle.

 

Elle chante. Voix basse comme la lueur des bougies, répétition, incantation, douceur imprégnée de vapeurs, eau qui s’écoule, bain. Le chemisier glisse sur ses reins, flotte un instant puis se love au sol, petit animal doux et chaud, déjà endormi, qu’elle enjambe. Un cri, un appel, dans la rue, plus bas, sursaut. Mon souffle s’accélère, prise en faute, je recule, me cache, main sur le cordon du store, petite corde à laquelle je m’accroche, que j’enroule autour de mes doigts, tremblements… je ne baisserai pas les lamelles. Je la regarde, elle. Je n’y échapperai pas. Comme si tout mon corps soudain paralysé m’imposait sa vision. Je n’y peux rien. Je ne peux y résister. Cela se passe malgré moi. Je la regarde, elle. Je ne peux y résister. Je ne lui  résisterai pas.

 

Elle se penche. Courbe de son dos, main qui danse, doigts qui jouent de l’eau, un brouillard l’entoure mais ne la masque pas, voile transparent comme celui des vierges, des mariées et des mortes ophéliennes. Elle entre dans l’eau, un pied, une jambe, son autre pied, son autre jambe, debout, moment d’attente pour s’habituer à cette chaleur qui l’envahit. Elle inspire, profondément et attend encore un peu. A ma fenêtre, dans cette pièce sans lumière, protégée de son propre regard, cachée, honteuse, je l’admire. Ma main a depuis abandonné le fin cordon et, un à un, ouvre mes boutons. J’inspire, retient mon souffle. Si la mort me surprenait, alors elle me pardonnerait. J’attends. Il n’y a plus de bruit, plus de mouvement, juste elle, là, en face, à portée de mon regard indécent. Je l’avoue. Je la veux.

 

Elle glisse. Peu à peu, jambes fléchies, elle pénètre dans son bain comme on s'endort dans un lit, dans l'espoir des rêves. Elle sourit légèrement, l’eau qui la brûle certainement. Ses cuisses se recouvrent, se cachent, blancheur soyeuse d’une légère mousse. J’attends, palpitante que son triangle de velours, à son tour, frémisse sous la morsure de cette caresse aquatique. Elle s’arrête à peine, ses mains de chaque côté de la baignoire, enserrant juste un peu plus fort les parois de porcelaine, son corps plongeant lentement, comme un sucre qui fond. Je n’ai plus de vêtement et si j’ai froid, c’est bien fait pour moi. Elle au chaud, moi qui frissonne. Nos deux corps en opposition, l’un devant l’autre, cachés mais en accord, je l’espère, si elle savait. Mais elle ne sait pas. Je ne dis rien et fixe son ventre suivant sa douce courbe, ma main posée sur mes formes, chair de poule, sans plus d’air, musicienne essoufflée par le jeu de cette symphonie unique.

 

Elle s’étend. Entière, tête en arrière, ferme les yeux, sourit encore, tout bas, juste pour moi. C’est ce que je crois. Alors je lui rends son sourire et à l’unisson, mes seins durs rejoignent ces îles que j’aperçois, dressés au milieu de leur Pacifique. Sa bouche entrouverte semble vouloir me parler. Elle soupire. Je voudrais lui répondre. Mais que dire à celle dont je ne peux dévoiler ma présence sans risquer de la faire fuir. Je ne le supporterai pas. Pas maintenant. Trop tard. Que les dieux me foudroient. Je resterai là. Je voudrais juste connaître la couleur de ses yeux. Je les sens noirs, profonds, obscurs, insondables, brûlant eux aussi. Je la veux. De plus en plus.

 

Elle appelle. Elle appelle son plaisir. Je le sais, je le sens, sa tête se tournant comme pour mieux trouver son chant. Son épaule imperceptiblement, donnant le rythme, écho qui longe le bras et retentit dans le creux de sa main, main entre ses jambes, jambes qui s’écartent, reins qui se tendent, seins qui m’emportent, bouche qui s’entrouvre, ma langue qui la cherche, sa caresse qui la presse, mon plaisir qui s’en mêle, mes jambes de coton et son sourire, toujours ce sourire qui me suit, me poursuit, m’empoisonne. J’aime ce qu’elle fait, pour elle. J’aime ce qu’elle fait, pour moi. Pour notre plaisir, là. Pour ce qu’elle prend. Pour ce qu’elle donne. Pour ce que je lui vole. Pour ce qu’elle prend. Pour ce qu’elle donne. Pour ce que je lui vole. Nos musiques ont les mêmes notes et se répètent à l’infini.

 

Après, bien après, elle éteindra une à une les bougies.

 

 

 

Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

M. T.

Et si vous, vous me donniez votre avis ?...
Voir le profil de M. T. sur le portail Overblog

Commenter cet article

lou-ève 24/06/2011 17:29


Mais je ne sais pas qui est cette Cisgnac... et que faisait-elle alors ?


M. T. 24/06/2011 17:31



Et bien allez lire la Fille de Pigalle et vous saurez tout !



lou-ève 16/06/2011 15:12


Bon, c'était déjà le 3 mai... Que faites-vous ?


M. T. 24/06/2011 17:23



J'attendais l'été...



Entre Mel 09/06/2011 20:13


des frissons à la lecture de ce texte...


M. T. 24/06/2011 17:20



... pour mon plus grand plaisir...



lou-ève 07/06/2011 18:54


Maitre, vous vous êtes assoupie ?


M. T. 24/06/2011 17:21



Ce rôle ici échoit à la Cisgnac...



Asl& 28/05/2011 18:56


La Musique de Yael ets trop belle en lisant vos mots...Le plus loin possible que s'éteignent toutes seules les bougies


M. T. 29/05/2011 00:31



Alors retenons notre souffle...



Voyages immobiles 28/05/2011 15:22


Pas trop accélérées les images ... histoire de ne pas laisser s'échapper le plaisir ...


M. T. 28/05/2011 18:40



... ce serait mal me lire...



Voyages immobiles 28/05/2011 10:24


On lit ça comme on regarde un film ... les images défilent une à une ... Enchantement, envoutement, excitation, frustration, impatience ... un peu tout ça et plus encore ... Bravo


M. T. 28/05/2011 13:00



Mais alors des images en accélérées, au tempo d'une repiration courte et saccadée, où le trouble défie l'apesanteur d'un temps en suspend.



Lou-Eve 25/05/2011 20:12


Mon dieu, qu'il y a loin de ma réalité à votre fiction. Cela m'apprendra a être curieuse...
Vos histoires sont envoutantes.


M. T. 26/05/2011 09:44



Alors soyez intrépide car il ne tient qu'à vous d'immiscer quelques lignes de fiction dans votre réalité... Ravie de vous savoir survoler mon univers...



Meloshka 20/05/2011 14:05


Mesurez mon infortune, mon appartement est sans vis à vis !


M. T. 20/05/2011 16:31



Une petite séance de cinéma d'Art et d"Essai ?...



anne devine 18/05/2011 11:15


bonjour, et merci. vos ecris m'ont emporté dans un univers magnifique...waouh......BRAVO...vivement la suite......
Cordialement
anne devine.


M. T. 18/05/2011 16:19



Soyez la bienvenue sur ces lignes... Je suis ravie de votre enthousiasme car voyez-vous, ici, plaisir est maître mot ! et de vos encouragements naîtront sans tarder de nouvelles destinations !
merci de votre passage.