l'avion rose

Nouvelles érotiques au féminin, poésies saphiques, littérature lesbienne

Voyages

 

 

Là où je suis.

 

C’est d’abord la terre. Une terre qui se froisse, se cogne, se rencogne, se heurte, se déchire et s’étire. C’est un nez qui se plisse et renifle et se fige des odeurs d’infinis. Une langue de terre riche et féconde, grasse d’un terreau salé, aux bruissements volcaniques et aux contes épiques. Une terre légendaire frappée de stupeur devant l’abysse.

 

Là où je suis.

 

C’est d’abord la mer. Une mer jamais bleue, jamais verte, jamais grise et toute à la fois bleue, grise et verte. D’un turquoise exotique, parfois jaune ou rouge granitique, aux cendrés les plus subtils. Ce sont des vagues qui s’en vont et reviennent, malmenées d’amplitudes, comme autant de coups de rein qui s’essoufflent, au moment de l’étale, quand les flux s’évanouissent. C’est un sel qui pourvoit de richesses l’ombre des rochers scellés.

 

Là où je suis.

 

C’est d’abord le feu. Un feu qui nous glace et se cache et réchauffe sans qu’on sache ni comment ni pourquoi. Souterrain. Ailleurs. Un feu d’arc en ouest qui permet aux pins d'ouvrir le ciel, aux lauriers rose d'adoucir les pierres, aux palmiers de bénir, aux agapanthes de bleuir, aux roseraies d’entêter, aux mimosas d’éblouir, à la lande rase de retenir les pentes abruptes des falaises plongeantes.

 

Là où je suis.

 

C’est aussi le vent, si présent qu’on l’oublie, quatrième élément en suspend, partout et nulle part, qui attire ou rejette, plaque ou élève. Un vent qui porte les chants plaintifs des anciens naufragés et emporte la note rieuse de la mouette et du fou. Un vent qui bouscule et agite, tonitrue et soupire. Un vent né du ciel et de la mer et qui se meurt en terre.

 

Là où je suis, je reste.

 

IMG_5397-copie-3.jpg

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

M. T.

Et si vous, vous me donniez votre avis ?...
Voir le profil de M. T. sur le portail Overblog

Commenter cet article

valentine 16/12/2013 12:55

ailleurs oui mais: rêve ou cauchemard si l'on y va

M. T. 20/12/2013 08:39



Il n'y a qu'en y allant que vous le saurez...



plume 13/12/2013 13:36

la où je suis je reste mais parfois j'aimerai tellement être ailleurs!

M. T. 13/12/2013 16:55



Mais où pourriez-vous être mieux ?...  que là où vous êtes !



van leeuw 13/12/2013 10:37

et j y suis avec vous

M. T. 13/12/2013 11:39



Alors restez y...



Sophie 12/12/2013 19:03

De la quadrature du cercle des elements. En vous lisant Madame La Pilote j'ai le gout du sel sur les levres transmis par le vent .... Et les yeux pleins d'etoiles. !!!

M. T. 13/12/2013 11:34



Le goût de la vie !