l'avion rose

Nouvelles érotiques au féminin, poésies saphiques, littérature lesbienne

Une chose à vous dire...

Aujourd’hui, il s’est passé quelque chose, quelque chose qui m’a énormément touchée, un signe, un témoignage que ce que je fais ici, sur ce blog, depuis plusieurs mois, n’est pas vain. Alors j’ai décidé, contrairement à une règle bien précise que je m’étais tracée de ne jamais rien transcrire de personnel, de tomber quelque peu l’anonymat et de m’adresser directement à vous, mes lectrices, mes lecteurs, vous qui depuis un jour, une semaine, trois mois, pour d’autres presque une vie, me suivez.

 

Je voulais vous dire, sans fard, sans le prisme de personnages, sans « raconter d’histoires » que sans vous, sans vos yeux, vos lectures, vos réactions, vos commentaires, vos attentes, vos désirs, sans tout cela, je ne serais pas ce que je suis aujourd’hui.

 

Vos passages, vos attentions, votre plaisir donnent un sens à ma vie, à ma vie d’auteur, et je n’en voudrais pas d’une autre, je vous le jure. Ecrire est sans doute la seule chose que je fasse au mieux comme aimer aussi, (je l'espère) car pour moi, les deux sont intimement liés. Sans amour, je ne peux pas écrire. Si je n’écris pas, je suis incapable de ce partage nécessaire à tout sentiment affectif.

 

Je vous le dis, ce soir, presque les larmes aux yeux tant vous m’avez touchée, tant vous me touchez de vos témoignages, commentaires, mails… Souvent vous me dites que vous attendez avec impatience mes nouvelles, la suite de mes histoires. Et cela me comble sans aucune mesure, je vous le jure encore. Et ce soir, je veux que vous sachiez que j’attend avec autant de fébrilité vos messages, vos retours, vos commentaires… A chaque texte publié, je frémis, je tremble, j’angoisse en attendant le premier signe, la première petite phrase laissée. J’écris pour vous alors, comme dans une histoire d’amour, la peur est toujours présente que vous, vous ne m’aimiez plus, de vous voir me délaisser, de n’entendre plus que le vide.

 

Mon bureau est une petite pièce. J’ai choisi la plus petite de ma maison pour m’y sentir au chaud, concentrée, avec juste une fenêtre qui plonge dans le jardin. Ce soir, vous êtes là et vous me donnez l’impression que les murs vont tomber tant il y a de monde.

 

Je voulais vous remercier de cela, vous remercier de votre présence, de votre fidélité, d’être là, dans mes mots, avec votre cœur. Il y a quelques heures, j’ai eu l’idée du titre d’une nouvelle : Le Bal des Débutantes. Juste un titre, c’est tout. Puis, un peu après, une histoire a commencé à germer, ses contours, quelques personnages… A l’heure où je vous transmets ce message, l’histoire est fondée, dans ma tête, agencée, articulée et je vais l’écrire, je vais vous l’écrire, rien que pour vous. Je me sens bien. Un sourire flotte sur mes lèvres. Je sais que demain matin, je me lèverai tôt pour laisser mes doigts vagabonder sur le clavier, et donner naissance, je l’espère au plus profond de moi, à votre bonheur.

 

Voilà, ce soir, je n’avais qu’une seule chose à vous dire : je vous aime...

 

 

 

Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

M. T.

Et si vous, vous me donniez votre avis ?...
Voir le profil de M. T. sur le portail Overblog

Commenter cet article

Celinette.scrap 06/12/2009 11:54


C'est la plus belle declaration d'amour que l'on ne m'a jamais faite...


M. T. 06/12/2009 12:48


... Parce que "ma plus belle histoire d'amour... c'est vous..."


Sophie 05/12/2009 16:47


Grandir et s’épanouir dans les mots des Autres. Trouver ou retrouver ses sensations. Merci a vous.


M. T. 05/12/2009 23:30


Ressentir... sans question... juste ressentir... Première sensation... les autres suivront.


Pia 05/12/2009 14:40


Comme d'habitude c'est une main tendue à la rêverie...

(heu... sinon je t'ai taggée dans mon blog, j'suis désolée... sincèrement... mais il fallait que je trouve des victimes!)
;)


M. T. 05/12/2009 18:04


Une main qui tient et ne lâche pas. Une main qui guide mais ne dirige pas. Une main qui invite et n'oblige en rien... merci Pia... en revanche pour le tagg... merci de penser à moi, mais quant à
pour dévoiler mes secrets...


L'Hôtel Particulier 05/12/2009 13:39


Laissez vos doigts glisser sur ce clavier....
Merci de ce joli textes sans fards... Merci de l'importance que vous nous accordez !
Les lecteurs de l'ombre... Vos ombres qui basculent en soleil...


M. T. 05/12/2009 17:57


Ils glissent comme dans une chevelure... Merci à Vous, pour votre chaleur, votre lumière, et ces tumultes, ces murmures que j'entends parfois, presques étouffés mais si présents derrière cette
porte... Pour mon plus grand plaisir... pardon... Plaisir.


Chester 05/12/2009 10:01


Quand les mots manquent,il est parfois plus sage de faire ressentir à l'autre l'émotion plutôt que d'essayer de la lui décrire. Certaines sensations restent gravées en nous autant que les écrits
sur une page...en espérant que celle-ci en fasse partie.
Ceci étant un point de vue on ne peut plus personnel bien entendu.


M. T. 05/12/2009 10:41


Dire, écrire, décrire... Faire ressentir... Ressentir soi-même... Vous avez raison, tout est une question de sensations qui se gravent au fond de nous. Et je vous l'assure, Chester, aujourd'hui,
celle que vous m'avez procurée restera à jamais au fond de moi. Ne changez pas de point de vue, je l'aime beaucoup celui-là...


Sophie M. 05/12/2009 07:08


Il y a beaucoup d'amour dans l'écriture. c'est une chose que l'on partage, c'est un peu de soi qu'on livre et on prend des risques à chaque nouvelle publication. je l'ai bien compris moi qui vit
avec un auteur. j'aimerais avoir une infime part de votre talent pour exprimer l'amour, mon amour. Et toujours, vos lignes me donnent cet espoir qu'un jour enfin, j'y arriverai.


M. T. 05/12/2009 09:38


Chère Sophie M... d'habitude, c'est vous qui pleurez, cette fois, c'est moi... Mais je vous rasure, il n'est besoin d'aucun talent pour exprimer son amour. Votre auteur le sait, au fond de son
coeur, j'en suis certaine. Parce qu'un auteur (et je le dis d'expérience) entend aussi les mots qu'on ne prononce pas...


lily 05/12/2009 02:44


'Ecrire est aussi une façon de se rassembler, de se retrouver à l'intérieur de soi.
La ligne de coeur. La ligne d'écriture.' (Nina Bouraoui)

pour celles et ceux qui, comme moi, n'ont pas la chance de manier le verbe, il reste comme cadeau la lecture ... obsessive obsession obsédante ... elle est la plus belle des récompenses ... se
retrouver à l'intérieur de soi au travers des mots des autres, pour finalement tous se rassembler. alors Merci à vous de mettre à disposition de l'Autre vos mots.


M. T. 05/12/2009 09:26


Ligne de coeur pour une ligne d'écriture... c'est tout à fait cela. J'écris, vous lisez, nous sommes donc complémentaires. Sans vous, je n'existe pas. Sans votre regard, votre émotion, mes mots
tombent à l'eau, piètres goutelettes qui se noient. Grâce à votre présence, ils s'envolent, haut, très haut et jamais ne se posent. Gardez tous ces mots bien au chaud, je vous les abandonne.
Permettez-moi juste, un tout léger et sincère dernier petit Chutttt..... rien que pour vous....


rungibbon 05/12/2009 01:28


La toile a en quelque sorte estompté les terres et océan qui se trouvent entre le vieux continent et mon caillou (fini les longues attentes de courriers :)). Plaisir d'écrire et d'être lu... je
retrouve cette joie de créer lorsque mes proches, volontaires cobayes,se retrouvent autour d'une tablée à la maison. Les petites lumières qui s'allument dans leurs yeux pour dire l'explosion de
leurs papilles gustatives me sont précieux.
M.T., si chaque bipède pouvait ressentir ce sentiment d'amour, notre planète Terre irait assurément, beaucoup mieux.
Eh, eh me tarde de découvrir la prochaine histoire.


M. T. 05/12/2009 09:34


Le temps, les distances sont en effet abolis. Et les frontières aussi. N'est-il pas magique que nous n'ayons pas eu besoin de nous "voir" pour éprouver des émotions communes ? Hier, je travaillais
sur la différence entre irréel et virtuel, deux mots qu'on a tendance à accoler trop facilement. Pourtant, ils sont bien déifférents. L'irréel est tout ce qui n'appartient pas à la réalité, qui
n'existe donc pas. Le virtuel c'est ce qui est en puissance, dans l'ordre du possible, des potentiels. Alors moi j'aime notre relation virtuelle dans laquelle, finalement, tout peut arriver.
Notamment d'avoir l'eau à la bouche lorsque vous évoquez le raffinement et la chaleur d'un repas. Je suis une gourmande...