l'avion rose

Nouvelles érotiques au féminin, poésies saphiques, littérature lesbienne

Cérémonial


17012010(001)  Chaque matin, lorsque je me réveille, je suis une espèce de cérémonial installé de lui-meme. Je met en route la cafetière préparée de la veille car, je vous l'ai sans doute déjà dit mais, je suis extrèmement maladroite au lever...  j'ouvre mon ordinateur, je redresse la tête en écarquillant mes yeux encore endormis, je bois une tasse d'un café brûlant, noir, bien fort .. puis, enfin réveillée, toute la caféïne se diluant dans mes veines qui s'étirent, se rétractent, commencent à palpiter, je plonge dans mon bel uniforme, boucle ma ceinture rose et vais faire le tour de mes mondes en espérance fébrile d'y lire de petites pépites émouvantes, drôlatiques, prenantes, en un mot, vivantes !

Ce matin ?... pas de déception... Dame Cafetière link nous délivre un magnifique poème, rempli des bruissements de l'attente, du désir, du don d'elle-même... comme elle sait si bien le faire... Puis je cabre l'Avion, direction Lily et son Jeu du je link qui nous donne ce matin à rire et pleurer, comme à boire et à manger, à une table conviviale où il fait bon venir s'asseoir. Je relance les moteurs, je tire sur le manche, et je m'élance alors vers le petit monde de Pucca link  qui, dans une espèce de baromêtre incroyable, au gré de ses humeurs, nous pêche des videos démentielles et bien souvent ö combien entrainantes. Un vrai boost même s'il faut particulièrement aimer les années 80.... Puis, direction une autre planète link où Chris nous fait partager ses émotions sur fond de grand bleu... et encore bien d'autres destinations comme celle de Mademoiselle C. link où j'aime venir me lover, au sein d'un hôtel particulier aux lumières chaudes et tamisées...

Bien souvent, le pot de café y passe et ces lectures me bercent longtemps durant ma journée. Elles m'auront données de la joie, parfois un brin de tristesse, mais le plus clair des cas, m'auront fait ressentir un élan vital, un partage, une générosité franche, sincère où les émotions vraies trouvent leur place. Et c'est sans doute cela l'extraordinaire, cette impression de réalité, de vrai, de concret dans un monde que l'on dit virtuel...

Alors qu'est-ce que la virtualité ?....Ethymologiquement, c'est ce qui "est en puissance"... en informatique, ce qui n'est pas limité "en dimensions". J'aime ces deux définitions car elles soulignent chacune la force de ce que nous créons, ici même, à travers nos textes, nos billets d'humeur, nos posts imagés de clips... J'ai longtemps cru que s'exprimer sur un blog était faire preuve de facilités, de manque de courage en se cachant derrière un anonymat protecteur... mais non... Car lorsque je lis certains articles, comme celui du Placard du Café ou Ailleurs du Jeu du Je, je sens bien que derrière ces mots palpitent des vies qui se dévoilent avec une volonté extrème de lâcher prise, de se donner, d'échanger. Ces textes sont à mes yeux autant de cadeau de vie précieux et que j'aime, vraiment.

Pourquoi je parle de tout cela ce matin ?... A vrai dire, je n'en sais rien. J'éprouve juste une volonté qui me pousse à cela aujourd'hui. Et puis sans doute parce que je voulais m'adresser à vous, toutes et tous, qui plongez aussi dans mes escales, mes vols parfois lointains, mes ombres et mes pleins soleil. Parce que je voulais vous dire...

Que si l'Avion est assez silencieux ces derniers temps, si sa maintenance est lente et laborieuse, si ses textes se cristallisent dans des billets qui sont justes de petites balises pour ne pas se perdre, c'est qu'il y a en moi une tempête levée depuis plusieurs semaines qui ne se calme pas et m'agite de fortes turbulences. Aucun texte de fiction, depuis, ne vient. Je vous avais promis un "Bal des Débutantes"... Il est là, devant mes yeux, trois pages qui m'ont réclamées tant d'efforts que je doute de vouloir jamais l'éditer. Je n'y arrive pas, je n'y arrive plus. Oui... il y a eu ce petit voyage en train et son petit bouton... mais c'est comme laisser la lumière allumée lorsque l'on part... Rien de plus...   L'épine-vinette  est sans doute le texte qui m'a donné le plus de douceurs parce que dédié à l'inconnue qui m'en a généreusement offert l'image.. mais il faut remonter à la  Septième Vague pour qu'enfin je ressente cette force, cette vie, cette jouissance d'écriture.

Ce jour là, j'ai sauté du haut de la falaise, vraiment, et je sais que j'ai réussi à plonger dans cette vague magique qui m'emporte aujourd'hui loin, très loin de tout ce que j'ai pu être ces dernières années. Ma vie change, ma vie se bouleverse, ma vie se transforme, et même si elle navigue sur le dos d'une vague, je sais qu'elle ne part pas à la dérive, non. Mais au milieu de cet océan, parfois, je suis prise de vertige. Mes repères sont caducs, mon univers en vrac, mes certitudes explosées. Et quoique j'en dise, quoique je fasse, malgré toute la maîtrise dont je peux faire preuve, je sais, je le sens, que tout ceci irrémédiablement me change. Comment alors continuer une écriture faite de légèreté, de sensitivité aérienne, d'émotions momentanées quand tout me maintient dans une tension redoutable ?

Comment encore vous parler d'amour quand, dans un saut volontaire, j'ai quitté celui qui me berçait depuis tant de temps effaçant du tableau un paysage dans lequel j'évoluais avec bonheur ? Comment encore vous parler d'amour quand, dans ce choix, j'y abandonne une partie de mon coeur ? Comment encore vous parler d'amour quand, je quitte cette "Elle" si proche, mais si lointaine alors que mon coeur s'offre à une "Elle", si lointaine, mais si proche, bouleversant définitivement tous mes principes de vie, le premier étant laisser les ponts disparaître derrière soit avant d'en emprunter de nouveaux ?

J'ai aimé. J'aime. Et cette non transition, cette concomitance, cette simultanéité émotionnelle me pulvérisent et enlèvent à mon Avion tous ses mots. Alors que je devrais pleurer, je ris. Alors que je devrais rire, je pleure. Et je ne sais plus comment exprimer cette fiction que j'aime tant partager avec vous. Parce que je ne sais tout simplement plus comment m'exprimer.

Est-ce que j'ai le droit de vous dire tout cela ? Je ne sais pas. Pour être sincère, je me suis toujours moquée de ce qu'il se doit ou pas. J'éprouve juste le besoin, aujourd'hui, de vous décrire où j'en suis.

Samedi prochain, jour de Printemps, je vais boucler la ceinture de mon siège de pilote, vérifier une dernière fois mes instruments de bord (pour rassurer Chimères), brancher la radio sur des ondes joyeuses (grâce à Pucca), sourire effrontément au ciel (pour Edwige), déposer un voile d'or sur mes paupières (pour la Royal), crier à la vie (pour Lily), pique vers le sud ouest pour quadriller encore une fois le sol cadastré (de Chester) puis je vais m'élancer au dessus du grand bleu (en pensant à Chris) et jouer avec le vent (qui se Mel et s'Entre-Mel). en faisant un signe attendri aux dessus des buissons épineux (où Julie ne se perdra plus)... Je commence mon voyage avec tout l'espoir d'un début, la joie face à ce paysage nouveau qui se dessine devant moi, sans perdre toutes mes appréhensions mais avec la conviction, que dis-je, la foi, que tout cela EST ce que je dois, ce que je veux, ce que je désire le plus au monde.

Samedi prochain, je vole vers mon destin, vers mon Amour, vers Celle qui m'a d'abord ouvert la porte de ses mots, de ses phrases, de son monde, puis, peu à peu, vers Celle qui m'a ouvert ses bras et son coeur. Samedi pochain, je vole vers Celle à qui je dis "je t'aime". Samedi prochain, je vole dans cet avion qui ne sera pas virtuel, mais l'a-t-il jamais vraiment été ?

Samedi prochain, je vole vers un nouveau Continent.

Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

M. T.

Et si vous, vous me donniez votre avis ?...
Voir le profil de M. T. sur le portail Overblog

Commenter cet article

MelaElle 01/06/2010 21:29


A chaque tempête succède une onde calme et reposante qui permet de retrouver l'inspiration, un vent de printemps apporté par les hirondelles, messagères de l'inspiration..ouvre ta fenêtre,
inspire..tu es l'hirondelle, tu planes..tu redeviens l'Avion rose..celui qui nous transporte au gré du vent de tes pensées..


M. T. 02/06/2010 19:23



C'est une bien jolie promenade que vous proposez là... et une bien belle tentation... retrouver les mots d'une manière légère, aérienne... Oui, ouvrir la fenêtre...



Mademoiselle C. 01/05/2010 15:56


En approche...?


M. T. 02/05/2010 12:28



De retour peu à peu vers mon écriture... le fil est encore ténu mais présent et l'envie bien plantée au fond de moi germe... un peu comme l'hiver qui lâcherait enfin sur le printemps... Merci
belle Mademoiselle d'être comme un léger papillon en ce jardin...



L'HÔTEL PARTICULIER 25/04/2010 22:28


Passagère clandestine glacée à son tour dans la soute à bagages... Emue par ces écrits... Oui tout peux se dire ou presque... Je vous embrasse, volez vers de beaux horizons....


M. T. 01/05/2010 12:28



Comme vous avez raison et comme j'aime vos sensations... Réchauffez vous, je suis en approche...



J 29/03/2010 23:10


On pourrait se sentir peinée de vous voir ainsi vous éloigner, inquiète de moins vous lire, jalouse peut-être de vous savoir consacrée à d'autres choses.. en un sens de nous quitter un peu. Du
moins est-ce ce à quoi j'ai songé.

Pourtant vos derniers textes m'ont fait l'effet d'être comme des réserves laissées à ceux qui restent avant un long voyage, une retraite voire une absence.

Nous donner assez pour que l'on vous laisse libre de partir, nous donner assez de votre intensité,de votre densité, de vos mots pour nous attacher à vous et vous attacher à nous.. scellant ainsi
les retrouvailles futures.

Et cela m'intime un grand respect.

J


M. T. 01/04/2010 21:36



Partagé... bien chère J... partagé...



Sophie 18/03/2010 19:04


Ne pas oublier de rajouter a la check-list quelques bonnes bouteilles ...


M. T. 24/03/2010 17:24


... en excédent de bagages, MaDame, en excédent de bagages...


mage 18/03/2010 17:09


Je vous souhaite "tout le bonheur du monde", et un beau et bon voyage Madame la Pilote. Nous serons toujours là ou que vous soyez.


M. T. 24/03/2010 17:22


Merci Mage, pour vos voeux, et cette tendresse que vous savez si joliment exprimer. Oui, vous serez toujours là.


Chimères 18/03/2010 13:16


Plannez bien jusqu'à ce nouvel horizon (j'ai pris une photo qui collerait farpaitement à votre ciel, je vous l'adresse bientot!), bon vol ...merci d'avoir pris soin de faire une check list
complète! ça me rassure


M. T. 24/03/2010 17:21


Le vol fut parfait et j'attends toujours votre photo... Je suis certaine qu'elle me donnerait l'élan d'un nouveau texte !


La Royal Navy 18/03/2010 10:00


Trouvez votre etoile.. reconnaissez la.. elle ne brille que pour vous.Bonne route Madame la Pilote.. Bonne route..


M. T. 24/03/2010 17:20


Je crois que vous avez eu le mot juste, La Royal... une étoile qui brille, tant,, une route, deux chemins qui se croisent. Et aujourd'hui, deux mains unies dans cet inattendu qui rend l'existence
si riche.  Comme ma vie qui est venue se mettre en parallèle avec mes textes, au début d'une piste de décollage bien réelle celle-là...


Entre Mel 17/03/2010 17:23


que dire de plus que tout cela? c'est avec honnêté et émotion que vous nous livrez jours après jours vos récits qui en comblent plus d'un, et c'est avec grande joie que nous retrouvons vos voyages
à bord de cette avion rose.
je vous souhaite bon voyage pour cette nouvelle aventure.


M. T. 24/03/2010 17:14


Car c'est effectivement un bien beau voyage et, au delà de l'aventure, un extraordinaire et nouvel horizon qui s'ouvre. L'Avion n'a pas fini de virevolter...


chris 17/03/2010 13:51


Moi aussi, chaque jour, je viens faire une petite inspection de tout ce petit monde virtuel auquel je me suis attachée... Et aujourd'hui en m'arrêtant sur votre aéroport devant votre avion rose...
J'ai été touchée par votre article, de la manière dont vous vous livrez en partie... Je vous souhaite de faire un excellent voyage, tout en douceur, vers celle qui fait battre votre coeur...
revenez nous le coeur gonflé à bloc et des étoiles plein les yeux... Que ce voyage vous donne des ailes pour de nouvelles aventures à bord de votre avion rose. Bon vol vers ce nouveau continent où
elle vous attend.


M. T. 24/03/2010 17:11


Merci Chris car tout ceci, finalement, n'a rien de virtuel. Ce que mes mots expriment, aujourd'hui, est une réalité bien certaine et vivante. Merci de la partager avec moi.