l'avion rose

Nouvelles érotiques au féminin, poésies saphiques, littérature lesbienne

Adieu Paris


Non, non, je vous rassure tout de suite, je n'ai pas décidé de prendre ma retraite même si, pour les pilotes, elle arrive très vite. J'ai obtenu une dérogation... Non, je voulais juste vous faire par d'une petite anecdote liée à une chanson. C'est une idée qui m'est venue hier, en traînant au Café des Deux Continents puis en allant me poser, le temps d'un tour de piste (de danse) dans "it's a small word" (attention, bien lire WORD !).

De fil en aiguille, d'air en autre chanson, voilà où mes pensées ont atteri...

C'était il y a quelques années, lors d'un de mes vols long courrier nocturne, quand la boussolle s'affole et que vient l'heure des reprises à tue-tête, debout sur le comptoir, comme chez Fonfon... .Je venais d'annoncer, le plus sérieusement du monde, mon désir de quitter Paris,  et ses plaisirs tentateurs

- J'vous jure, que c'est vrai... j'en peux plus les garçons... Faut que j'parte... le grand air.. le calme... rester concentrée sur mon boulot... Ecrire le matin, tôt...

Le patron du bar que je fréquentais alors est parti d’un franc éclat de rire ainsi que les quelques survivants de l’heure avancée. Instantanément, il me sortit cette chanson faisant le serment qu’il me ferait open bar à vie si je me tenais à ma promesse.

 

Le bougre était finaud…mais il aurait du parier autre chose…enfin, je parle pour lui, bien sûr… car si j’ai bien quitté la capitale, je me suis arrangée pour ne pas m’éloigner de plus d’une heure de conduite ce qui me permet de continuer d’assister à moult soirées en vol libre…C’est lui qui a fini par partir… Toute mon amitié, Olivier !

 

 

 


ADIEU PARIS
Berthe Sylva
Adieu Paris, je me retire à la campagne,
L'ennui me gagne, assez d'champagne,
J'en ai soupé d'aller souper avec les poules,
Et de rentrer comme si l'pavé faisait d'la houle.
Adieu Paris, car j'en ai par-dessus la tête,
Faire la fête, oh, qu'ça m'embête,
Je vais me mettre au vert, vivre comme les bêtes,
Me coucher tôt et ne plus boire que d'l'eau.
Oui mais,
Avant que je te quitte,
Et de vivre en ermite,
Tout là-bas loin de toi,
Oh ! Ville des merveilles,
Encore une fois,
Vidons une bouteille,
Une puis deux, et puis trois.
Oh ! La drôle de chose,
Dès qu'un bouchon explose,
Tout est beau, tout est rose,
Profitons-en, garçon !
Apportez-moi la carte,
Il faut, et allez donc,
Faire avant que je parte
Un grand gueuleton.
Adieu Paris, ville de rêve et d'épouvante,
Ville méchante, ville charmante,
Tu fais payer bien cher le bonheur que tu donnes,
Mais en mourant, on t'aime tant qu'on te pardonne.
Adieu Paris, adieu Montmartre et Notre-dame,
  Ses jolies femmes, ses vilains drames,
Toute l'éternité nous te donnons nos âmes,
Leur paradis, c'est le ciel de Paris !


Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

M. T.

Et si vous, vous me donniez votre avis ?...
Voir le profil de M. T. sur le portail Overblog

Commenter cet article

Sophie M. 10/12/2009 22:50


Eh bien moi j'adore Berthe Silva, le champagne, et la campagne... alllllll....


M. T. 10/12/2009 23:26


Alors buvons à cette bien sympathique Trinité !
PS : je ferai remarquer aux autres Sophie, l'effort de Sophie qui a rajouté un M.... Ca m'a pas l'air très compliqué, non plus ?!


Sophie 10/12/2009 17:48


Paname, Cap Cod, Pomegues... envol et survol..Jean-Baptiste et Berthe..Mieux que chez Fonfon!Decidement j aime bien vos coktails.


M. T. 10/12/2009 23:39


Pomegues... je connais les Iles Pomègues vers Marseille, mais sinon, je ne vois pas.... et votre Fonfon m'a l'air bien sympathique. je lui rendrai bien une petite visite ! Si vous aimez les
cocktails, je suis une spécialiste du Bloody Mary dont la recette m'a été donnée par une (très) charmante Trinidadienne qui, à mes yeux ehorbités dès la première gorgée, m'a joliment roucoulé à
l'oreille "ce qui ne te tue pas, te rends plus fort"... c'est depuis ce moment là que je suis devenue immortelle...


pucca 10/12/2009 12:30


Je ne dirai qu'une chose " adieu Parrrrrris" ( le roulage de R ça donne tout de suite un charme désué)


M. T. 10/12/2009 12:43


et après toutes mes années d'espagnol, j'y arrive à merrrrrveille !


Sophie 10/12/2009 12:17


Votre boussole c’est-elle donc tellement affolée qu’elle en a pris deux « ailes » ? Sans aucun doute pour voler plus haut…. Partir et revenir ….


M. T. 10/12/2009 12:42


Vous voilà bien matinale, mais avec toute votre acuité ! effectivement, ma boussolle s'affolle... Nonobstant, et par respect pour mon ami Molière, je vais rectifier...ou... plutôt non, je laisse..
vous avez raison, il me faut deux ailes pour voler aussi haut... bien que ce matin, mon altitude soit peu élevée. je suis en vol de reconnaissance au-dessus d'un phare bleu et blanc...