l'avion rose

Nouvelles érotiques au féminin, poésies saphiques, littérature lesbienne

Vous et Moi

Vous et Moi

Comme un désir trop contenu

Une impatience sans retenue

 De trop attendre elle se terre

Ses mains ne sachant plus se taire

 

Son envie la tourmente et la hante

Qui la crispe de trop d’attentes

Et lui glisse qu’il saura bientôt trop tard

Pour résister à son bon vouloir

 

Elle regarde autour d’elle, frémissante

Cherche qui pourra, lancinante

Glisser en elle une main furtive

Qu’elle pourrait bien retenir captive

 

Peut-être cette fille, belle d’insolence

Celle qui danse en toute indolence

Dont elle a remarqué le regard croisé

Et ses lèvres en rouge pavoisées

 

Celle là-même qui l’aperçoit

Et penche vers elle son corps gainé de soie

Pour lui dire dans un sourire

Qu’elle aussi la désire

 

Leurs lèvres s’effleurent en silence

Qui pourrait les entendre dans cette bruyance

Et leurs mains se frôlent puis se touchent

Pendant que tremblent leurs bouches

 

Sur la piste elles se meuvent

L’une face à l’autre et s’abreuvent

A respirer de l’autre son parfum

Comme un vertige qui n’aurait de fin

 

Enfin elles s’élancent

Et je les suis en silence

Cachée dans le noir et le bruit

Pour ne pas qu’elles me fuient

 

Là, dans le sombre, elles soupirent

Leurs langues se mêlant à mon plaisir

Qui exhale d’une rencontre surprise

Et délie leurs attentes éprises

 

Je les regarde et je ressens

Tout en moi leur enivrement

Et leurs caresses font écho

Dans ma chair et sur ma peau

 

Plus rien ne les retient

Ni le lieu, ni les heures, aucun lien

Et leurs seins qui durcissent et s’écrasent

Ouvrent en mon ventre l’extase

 

Elles jouissent et moi aussi

Dans un souffle je les en remercie

Car quand elles s’embrassent dans un soupir

C’est moi qu’elles embrasent et bien pire.

 

Ne leur dites pas que c’est peut-être vous que j’aperçus.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

M. T.

Et si vous, vous me donniez votre avis ?...
Voir le profil de M. T. sur le portail Overblog

Commenter cet article